Focus sur l’auteur Jean-Luc Plastrier-Pitteloud

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un auteur que j’apprécie beaucoup. Son second roman, La petite Marion d’Ars, est sorti tout récemment et j’ai eu l’immense honneur de le préfacer. Voici quelques détails sur cette belle rencontre littéraire et humaine…


Focus sur Jean-Luc Plastrier-Pitteloud

Poète, musicien et auteur de spectacle, Jean-Luc Plastrier-Pitteloud est un médiéviste reconnu. Educateur spécialisé et responsable d’un institut médicoéducatif auprès d’enfants en déficience mentale pendant de nombreuses années, il se voue aujourd’hui totalement à sa vie d’artiste et d’écrivain. Lustica est le premier roman de ce chrétien tout à fait orthodoxe.


La première fois que j’ai l’auteur Jean-Luc Plastrier-Pitteloud au téléphone, je suis surprise par son timbre doux, sa voix qui semble ne jamais vouloir heurter son interlocuteur, la gentillesse qui en émane. Il m’appelle pour me remercier de ma chronique sur Lustica, son premier roman. Je sors du supermarché, j’ai à peine eu le temps de mettre les courses dans le coffre de ma voiture. Nous discutons longuement et plaisamment, au point que j’en oublie que je suis sur un parking, avec du surgelé dans ma voiture et bien des occupations en tête.

J’ai découvert Lustica, son premier roman, par le biais de Luc Arbogast, qui en avait écrit la préface. Par curiosité, je feuillette quelques pages. Il y a des livres comme cela dont on sait dès les premières lignes qu’on louperait un tournant en ne les lisant pas. Alors j’ai lu. J’ai aimé, j’ai savouré. J’en suis ressortie transfigurée, en quelque sorte atteinte, ce qui est rare et précieux. J’ai écrit une chronique que j’ai trouvé maigre tant il y avait à dire sur Lustica.

Chronique qui plut à l’auteur ainsi qu’à sa maison d’édition Héraclite. Aussi ai-je été très honorée quand Jean-Luc Plastrier-Pitteloud me proposa de préfacer son second roman. J’ai accepté avec grand plaisir bien sûr, et vous invite à découvrir La petite Marion d’Ars. Je ne vous en ferai pas la critique, ce serait répéter ma préface, mais je peux dire du moins que c’est un très joli livre plein d’humanité, hors du temps et recelant son soupçon de légendes et de magie, de contes formidables et cruels et d’anecdotes qui font la richesse de l’existence humaine.

En voici le résumé :

Nicodème Jacobey, sculpteur dans un paisible coin de Normandie, décide un jour de mettre une partie de sa maison en location. Débarque alors chez lui un beau matin, Jénica, une jeune infirmière cherchant à se loger.
Celle-ci, rentrant rapidement en amitié avec le vieil homme, bousculera plus que ses habitudes. Cet artiste, passant ses journées reclus dans son atelier, à l’abri des regards, verra ses blessures et ses secrets enfouis soudain ravivés par la lumière émanant de la seule présence de cette mystérieuse jeune femme. 
Ses fidèles amis, « L’Édouard » et « La Janine », seront seuls aptes à dénouer les fils de son passé, et à comprendre l’origine de cette lumière semblant venue de nulle part. Un « nulle » part pourtant niché dans un joli coin de la Dombes…


Focus sur les éditions Héraclite

Romancier et biographe depuis plusieurs années, Damien Corban est irrémédiablement poussé par l’amour qu’il porte à la littérature, l’histoire, et la philosophie, ainsi qu’à ses terres beaujolaises ! Aussi a-t-il franchi le cap et s’est-il lancé dans l’aventure de créer son propre « chez-lui littéraire », sa propre maison d’édition. Cette maison d’édition à laquelle il donne jour, il la souhaite respectueuse de tous ceux qui écrivent, qui ont l’amour des mots, et de tous ceux aussi qui, assis entre ciel et terre une plume à la main, veulent faire passer un peu d’eux, de leurs terres, de leur siècle, et ce avant qu’il ne soit trop tard.

Plus d’informations : http://editions-heraclite.fr/index.html

Laisser un commentaire