Les méduses ont-elles sommeil, Louisiane Dor

Genre : récit, littérature contemporaine

Editions : autoédition puis Gallimard

Paru en : avril 2017 (poche)

Nombre de pages : 96 (poche)

En savoir plus : Amazon

L’urgence de vivre

 

Résumé : «Mon destin ne pouvait pas être aussi simple que le leur. Aussi plat. Aussi rien. Je voulais devenir quelqu’un. Paris m’attendait, je le savais, que Paris m’attendait. J’ai alors quitté le gouffre dans lequel Dieu et ma mère m’avaient implantée, et ai fait de mon quotidien ce dont je n’avais jamais rêvé : un désastre.»

Récit des nuits parisiennes par une jeune provinciale d’une naïveté confondante, Les méduses ont-elles sommeil est au croisement du roman et du témoignage.

Hélène, fraîchement majeure, loin des limites parentales, entame les paillettes de la vie parisienne par l’apprentissage de la cocaïne, puis de la MDMA. Le sujet n’est pas nouveau, il appartient aux stéréotypes d’un Paris by night fantasmé. Dans l’amitié perlimpinpin de Caroline et Marie, Hélène se disloque, devient méduse, n’a plus sommeil. Elle réunit toutes les failles susceptibles de la faire basculer : un furieux besoin d’exister, d’être vue et admirée, une méconnaissance de la vie citadine, une inconséquence certaine, une réflexion pauvre. Superficialité et vanité.

Récit de l’adolescence, c’est aussi un roman de l’urgence qui se lit sans respiration, dans un vertige. Jusqu’aux dernières lignes, violentes, définitives et salutaires.

Le ton est nerveux, enjoué, candide. Il y a là une tonalité Sagan dans un univers à la Superstar. On pressent l’influence d’Ann Scott dans ce récit toutefois nettement édulcoré.

Sujet principal du récit, les effets de la drogue. Le lecteur côtoie les sombres rivages des « poussières d’anges ». Que de sensations décrites ! Les paradis artificiels en deviendraient presque tentants.

1 commentaire sur “Les méduses ont-elles sommeil, Louisiane Dor

Laisser un commentaire