Reviens vite, Lily B. Francis

 

Genre : littérature contemporaine

Editions : autoédition

Paru en : 2019

Nombre de pages : 418

En savoir plus : Amazon

 

Résumé : Trois personnages se croisent et changent le cours de leur vie à jamais. Sybille artiste reconnue qui se remet d’un drame personnel, Marc agent immobilier que la réussite ne rend pas heureux, et Constance mère de famille parfaite et dévouée. Et puis, il y a ce mot oublié dans la voiture : « Reviens vite ». Ce livre écrit en partie pendant le challenge international du NaNoWriMo est une réflexion et une expérience de lecture toute en émotion, sur la résilience après la perte. La perte d’un être cher, la perte de ses rêves de jeunesse, la perte d’un amour, la perte de soi…

Lily B. Francis, connue pour ses Chroniques d’une princesse machiavélique, girly et pétillantes, semble avoir enclenché un tournant décisif dans son écriture. La plume est plus mature, plus femme, les sujets sont graves (quoi que toujours abordé avec une pudeur élégante). Tournant déjà repéré dans Poussières de toi, qui se confirme avec ce nouveau roman, Reviens vite.

Reviens vite parle du deuil et de ses différentes phases jusqu’à l’acceptation. Il parle de la vie qui continue malgré ceux qui restent, sur qui la nuit s’abat et semble ne jamais pouvoir se retirer.

Sybille, artiste en peine d’inspiration depuis la mort de son mari, veuve dans le déni, tente de se reconstruire. Elle quitte Paris pour les Landes, laissant derrière elle cet ami qui l’accompagne depuis une rencontre au cimetière, cet ami qui n’en est pas tout à fait un, qu’elle appelle par son nom de famille.

Constance a une vie parfaite. Aux yeux des autres, tout du moins. Mère accomplie, parent d’élève investi (comme le sont tant de femmes qui s’ennuient), elle s’est oubliée dans ce rôle de femme au foyer. Elle a oublié ses rêves de jeunesse. C’est une femme triste et sans projets. Marc, son mari, a lui aussi une vie parfaite. Et il s’ennuie. Quelque chose lui manque. Il ne reconnaît plus sa femme.

Les vies de Sybille, Marc et Constance vont bien sûr se croiser, s’enchevêtrer, jusqu’au drame. Quand l’une sortira du tunnel du deuil, l’autre y entrera…

Lily B. Francis dépeint la réalité du quotidien avec une grande clairvoyance, une lucidité équilibrée par la douceur de sa plume et son humanité. Elle décrit avec sensibilité et subtilité les étapes du deuil, ce vide qui ne quittera jamais tout à fait celui qui reste et la vie qui continue malgré tout, en moins bien. On ne peut s’empêcher de faire le lien avec le roman qui a fait le succès, Agnès Martin-Lugand, Les gens heureux lisent et boivent du café, qui comme Reviens vite traite du deuil.

Un joli roman, qui vous mettra les larmes aux yeux dès le prologue.

Laisser un commentaire