Salons littéraires médocains : bilan

Bonjour à tous,

Comme vous le savez, mon mois d’octobre a été bien occupé puisque, outre la parution du recueil Elle s’appelait Micha, j’ai également participé à deux salons du livre : « Lire dans le vignoble » à Saint-Estèphe, le 9 octobre, et le salon de Sainte-Hélène, le 21.

Ces deux manifestations se déroulaient dans le Médoc, en Gironde, à 2h-2h30 de chez moi, un lieu que j’ai découvert (bien que j’y aie de la famille, je n’y étais quasiment jamais allée). Pour ces deux salons, en plus de présenter mes livres, je représentais l’association Les Plumes Indépendantes en compagnie de ma partenaire habituelle Erika Boyer. Heureusement, Erika a longtemps vécu dans le Médoc et nous avons dormi dans sa famille la veille des salons, nous évitant de nous lever le matin à des heures nocturnes (mais pas de nous coucher très tardivement !)

Petit bilan de ces deux journées en demi-teinte…

Lire dans le vignoble, Saint-Estèphe

9 octobre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après une petite nuit vaguement avinée, nous arrivons à Saint-Estèphe sous un ciel peu clément. Nous nous installons, transportant nos caisses de livres à toute vitesse en raison de la pluie (et un de mes cartons cède, répandant mes livres sur le bitume mouillé).

Nous sommes bien placées, et la table est suffisamment longue pour y placer nos livres, le recueil de l’association, la vidéo de présentation et les livres de nos adhérents. La salle est grande, de nombreux auteurs sont attendus, entre autres plusieurs invités d’honneur : Smaïn, Jean-Claude Bartoll, Jean-Pierre Alaux, Olivier Truchot, Alain Marschall, Vincent Lahouze, Bruno Combes, Nicolas Gaudemet et le chef Julien Lefebvre.

Les visiteurs sont également au rendez-vous, nous constatons un flux régulier tout au long de la journée. En revanche, ils achètent peu, certains étant davantage là pour les têtes d’affiche, d’autres se révélant plutôt des flâneurs. Nous avons heureusement réalisé quelques ventes, plutôt sur la fin de la journée.

Le salon se déroule bien, l’organisation est agréable même si les organisateurs sont peu disponibles (mais comment leur en vouloir ? Je sais qu’on court partout quand on organise un salon). Une dégustation de vins médocains à midi, et quelques activités l’après-midi.

Nous avons eu le plaisir de retrouver deux de nos Plumes, Brigitte Hue-Pillette et Agnès de Cize, et de sympathiser avec plusieurs auteurs. Quant aux invités d’honneur, je n’ai abordé que Smaïn (pardon Vincent, la prochaine fois c’est promis : je viendrai te saluer !) Bref, c’est un salon auquel j’envisage de revenir.

Gros gros bémol toutefois, du genre rédhibitoire : une des organisatrices a trouvé judicieux de monopoliser le micro de l’inauguration en fin de matinée à la fermeture du salon. Insupportable ! Nous avions un haut-parleur juste au-dessus de notre stand, et étions obligées de crier pour parler avec nos lecteurs. Nos nerfs ont été mis à rude épreuve et nous envisagions à force des stratagèmes douteux pour la priver de son micro.

Si elle consent à se taire lors de la prochaine édition, je promets de revenir. Sinon…

XVe Salon de Sainte-Hélène

21 octobre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous me trouvez un air fatigué sur les photos, c’est normal : la nuit a été courte et alcoolisée une fois de plus, même si je ne la détaillerai pas (si vous souhaitez des détails compromettants, demandez à Erika comment je dessine un mouton à 1h du mat’).

Bref nous prenons la route un peu lasses et tournons plusieurs fois dans Sainte-Hélène à la recherche du salon. En effet, la salle n’est pas très visible au premier coup d’oeil. Nous trouvons finalement et nous installons tranquillement. Un bémol sur notre table, bien trop petite ! Une table pour deux, aussi avons-nous dû serrer au maximum nos livres, et installer tant bien que mal les Feather Box, le recueil de l’association et le catalogue des auteurs. Après le petit déjeuner offert par les organisateurs, nous voilà dans l’attente des visiteurs. Je ne vous mentirai pas, l’attente fut longue. Très longue. Les visiteurs se sont fait attendre.

Rien à redire sur l’organisation en elle-même, rodée pour cette quinzième édition, si ce n’est que le programme n’était pas vraiment chargé : inauguration du salon en fin de matinée, annonce des résultats d’un concours d’écriture pour enfants l’après-midi (à ce sujet, j’ai été indignée par le comportement de mes confrères, qui pour certains n’ont pas daigné interrompre leur conversation le temps de l’annonce. Les enfants lauréats étaient sur la scène, timides devant tous ces auteurs qui auraient pu leur manifester une plus grande attention.)

Globalement, une bonne organisation, un repas copieux offert par les organisateurs. Une invitée d’honneur, Mireille Calmel, avec qui je n’ai pas discuté mais qui m’a semblé d’un abord ouvert et simple. J’ai aussi le plaisir de retrouver Jacqueline Laforgue, une de nos Plumes, ainsi que plusieurs auteurs ayant participé au salon de Captieux : Alain Poirrier, Daniel Lamarque, Christian Cétois, et d’autres encore que j’avais croisé à Saint-Estèphe et au salon de Langon.

Bien que ce ne soit la faute de personne, force est de constater que la salle n’était pas agréable, fermée et sombre. Tout au long de la journée, Erika et moi avons tenté de nous distraire le mieux possible mais la motivation n’y était pas.

Au final, nous sommes parties comme la plupart des exposants un peu avant la fermeture du salon, déçues devant la faible affluence. Le salon se tenait le premier week-end des vacances d’automne, ce qui a dû jouer négativement. Reviendrai-je ? Ce n’est pas évident. L’année prochaine, je regarderai d’abord si cela coïncide avec les vacances écolières.


Voilà pour ces deux salons ! D’ici la fin 2018, vous aurez aussi mon retour sur les séances de dédicaces !

3 commentaires sur “Salons littéraires médocains : bilan

  1. ça donne super envie… JB POUY par chez nous a fait une conférence et une signature sous une grange pleine de foin et de courant d’air, mais la compagnie était sympathique et il y avait du vin.

  2. Pour ma part, je ne reviendrai pas à St Estèphe, car c’est la première fois que je ne fais aucune vente… je vous tiens au courant pour les contacts sur Bordeaux pour participer à Climax et au Bon Gout d’Aquitaine..
    bises

Laisser un commentaire