Passé un certain âge

Le polar cosy mystery de Loli Artésia !

Roman policier de 310 pages, “Passé un certain âge” est le premier de la série “Armand Léandre”. C’est un cosy mystery à la française où se mêlent légèreté et suspense, dans la région de Nice. Il est sorti en septembre 2020.

Résumé de Passé un certain âge, cosy mystery

Prenez votre cabillaud, témoin innocent d’un meurtre commis deux fois.

Mélangez à part une vieille dame à l’humour caustique, un mauvais écrivain, une naturopathe, un corbeau, une méduse et quelques monstres mythologiques.

Saupoudrez le tout de vieux, jetez le cabillaud.

Placez au centre de la préparation un commissaire étymologiste et sa singulière équipe.

Ajoutez à proportions égales du poison, des couteaux, une chaise, un aspirateur hanté, un plateau de Scrabble, une croix gammée.

N’oubliez pas les citrons !

Votre polar est prêt : vous pouvez le déguster sous le soleil de la Côte d’Azur.

Où le commander ?

Version numérique disponible sur Amazon (Kindle) et sur ma boutique.

Version broché disponible sur ma boutique, Amazon, Fnac, Decitre, Chapitre, BoD, et en commande chez votre libraire habituel.

Quelques articles sur ce cosy mystery

Chroniques

Les lectures d’Angélique

Articles de l’auteur

à venir

Avis de lecteurs

Le style est fluide, l’écriture ciselée comme toujours et surtout l’humour d’une grande finesse. Cléophé est une vieille dame délicieuse et retorse à laquelle on s’attache avec bonheur dès les premières pages.

Fanny Bernard, romancière

L’histoire est bien construite et rythmée, on ne s’ennuie pas une seule seconde. L’enquête est bien ficelée. J’ai adoré le premier chapitre, lorsque Cléophée nous parle des “vieux” qu’elle déteste tant. Il y a des passages très drôles.

Ornellivres, instagrameuse

Ce polar est ce que j’appelle un polar sociologique : il y a des meurtres certes, mais le principal réside dans l’analyse de la société et de ses travers, discipline dans laquelle excelle Loli, et qui fait pour moi le grand attrait du livre. Le style est soigné, précis, parfois caustique et ironique, c’est un régal de lecture. On se délecte de ces phrases toujours bien tournées, qui s’enchaînent sans à-coups, et on apprécie, entre autres, la finesse des imparfaits du subjonctif.

Sylvain Dubois, romancier