Passé un certain âge, un polar cosy ?

Polar cosy, polar soft, cosy (ou cozy) mystery, mais quel est donc cet étrange type de roman policier ?

Qu’est-ce qu’un polar cosy ?

C’est un sous-genre du roman policier, qui se définit par une ambiance assez chaleureuse, “cosy” dans laquelle on se sent bien. L’écriture ne vise pas le réalisme à tout prix, et surtout épargne au lecteur les bains de sang, les mises en scène beurk et le suspense haletant. Le polar sex, drugs and rock’n’roll, non merci ! En somme, tout le monde peut lire un cosy mystery (même votre grand-mère) sans risquer un stress post-traumatique. L’auteur est poli, respectueux envers le lecteur et n’entend pas le mener par son roman à une longue thérapie de reconstruction !

L’enquête est souvent menée par un détective amateur, et se passe régulièrement à la campagne. L’humour est aussi un élément caractéristique du polar cosy.

Quelques exemples de cosy mysteries

Le cosy mystery est né en Angleterre. On cite souvent les séries Miss Marple et Hercule Poirot d’Agatha Christie comme un modèle du genre, ainsi que les enquêtes d’Agatha Raisin. D’autres auteurs : Patricia Wentworth, Martha Grimes, P.D. James, Anne Perry, Elizabeth George, Lilian Jackson Brawn. Il y a aussi quelques exemples français, mais cela reste un genre qui peine à trouver sa place dans le paysage littéraire français.

Passé un certain âge, un polar cosy ?

En vérité, je n’en savais rien moi-même avant que ma correctrice et bêta-lectrice m’en parle. J’ignorais même que cela existait !

Renseignements pris, il est vrai que ce premier volet de la série Armand Léandre entre plus ou moins dans la définition du cosy mystery. Mais pas tout à fait quand même…

Pour résumer :

Ambiance chaleureuse : OK. On est sur la Côte d’Azur, il fait chaud, on boit du vin blanc en terrasse et on joue au Scrabble. Détendez-vous, dégustez vos beureks mais faites attention au poison !

Mamie peut le lire ? Sans problème. En plus, ça parle quand même de vieillesse. Mais sur ce point elle a intérêt à faire preuve d’autodérision, oups !

Scènes trash ? Pas vraiment. Bon il y a des cadavres, sinon on s’ennuierait. Mais ils sont plutôt “propres”.

Je risque des insomnies à cause de ce polar ? Pas du tout, vous dormirez sur vos deux oreilles ! (façon de parler, bien sûr. Je n’ai jamais compris cette expression…). Par contre, vous regarderez peut-être différemment votre mamie après ça.

Détective amateur ? Non. Voilà un premier point qui diffère avec le cosy mystery “classique” bien qu’il n’y ait pas de règles inaliénables en la matière. Mon enquêteur est un commissaire tout ce qu’il y a de plus commissaire, même s’il l’est devenu par goût de l’absurde (vous pouvez en savoir plus sur lui dans cet article).

A la campagne ? Non plus. Ville et bord de mer, c’est meilleur pour le teint.

Humour ? Oui !!

Bref, vous l’aurez compris, Passé un certain âge est un roman policier assez proche du cosy mystery. Mais, même si vous êtes plutôt amateur de polars haletants aux scènes de crime gores, ne tournez pas la page trop vite ! Car, s’il est cosy, il n’est pas pour autant gentil, mignon, poli et bien lisse. Et après tout ce n’est pas le genre qui fait le roman, mais le roman qui crée le genre 😉

Un avis sur “Passé un certain âge, un polar cosy ?

  1. Ping : Passé un certain âge : les personnages principaux – Loli Artésia

Les commentaires sont fermés.