Il était une plume, Les Plumes Indépendantes

Genre : recueil de nouvelles collectif

Editions : Les Plumes Indépendantes

Paru en : 2018

Nombre de pages : 182

En savoir plus : Amazon

Mon avis

 

Résumé : La plume et ses multiples facettes… Couverture de l’oiseau, outil de l’écrivain, symbole de la légèreté. Pour chacun, elle a une évocation particulière. Toujours, elle nous fascine. Souvent, elle nous échappe.
Quatorze auteurs indépendants ont pris le pari de la prendre pour totem et de lui rendre hommage à travers ce recueil singulier, aux multiples voix.
Laissez-vous happer par ce déluge de plumes, entrouvrez le temps d’une lecture la porte qui mène à leur monde.

Comme vous le savez, j’ai participé au premier recueil des Plumes Indépendantes, avec ma nouvelle « La plume manquante ». Je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprises, mais à présent, je me place en lectrice afin de vous dévoiler les 13 autres nouvelles qui composent « Il était une plume… »

La Plume rebelle, Pierre Thiry : une nouvelle parfaitement orchestrée sur une plume maudite qui volette de personnage en personnage, jusqu’à trouver enfin son destinataire. J’ai adoré cette nouvelle, que je trouve très intelligente et subtile !

Lettres en héritage, Agnès de Cize : on reconnaît l’écriture à deux temps d’Agnès, ses phrases nettes, sa capacité à jongler entre présent et passé. Une jolie nouvelle qui révèle sa plume et me rappelle ses nouvelles dans « Ta mort viendra…et elle aura mes yeux ».

La plume de la Harpie, Erika Boyer : Une nouvelle qui se présente comme le prologue à une histoire bien plus longue et complexe. Parfaitement écrite et orchestrée, elle plonge dès les premières lignes le lecteur dans un autre monde.

Quand le destin frappe à la porte, G! : Difficile d’être impartiale, l’auteur étant tout de même mon mari adoré ! Mais, quoi que vous puissiez douter de mon objectivité, j’ai été soufflée par cette nouvelle. Elle est élégante, originale, transportant avec brio le lecteur dans la Vienne du XIXe siècle. L’auteur joue avec les mots et les magnifie, l’écriture est soignée, ironique, fine. Bref, j’ai presque envie d’épouser mon mari une deuxième fois !

Plume solitaire, Audrey Martinez : On reconnaît clairement l’écriture d’Audrey Martinez, et ceux qui ont aimé Maintenant et à jamais ne seront pas déçus. Les amateurs de romance apprécieront, sans aucun doute.

La légèreté du non-être, Tia Wolff : Une nouvelle courte et suggestive, cette plume survolant le champ de bataille, un tableau impressionniste. Une de mes nouvelles préférées !

La plume manquante, Loli Artésia : c’est ma nouvelle donc je ne peux pas vous en parler en tant que lectrice. Petite information inédite en passant : elle fait écho à mon prochain recueil de poésie à paraître le 13 octobre, Elle s’appelait Micha.

A hue et abysses, Attila Valpinson : Comment ne pas être renversé par l’écriture exubérante d’Attila Valpinson ? Il a une façon si singulière de manier les mots, de les rendre malléables, perméables sous sa plume qu’aucun lecteur ne saurait être indifférent à sa nouvelle.

Comment le chien apprivoise une P’tite Plume, Frany Jany Cavalier : Une nouvelle qui retranscrit bien, il me semble, l’univers des livres de Frany Jane Cavalier. Sympathique, tendre et humaine.

Echos, Antoine Delouhans : La plume est suggérée, elle est l’occasion pour l’auteur d’un retour sur lui-même, sur sa vie passée et présente. Une parenthèse subtile et intimiste.

Plume Noire, Lou B Simone : La plume de Fanny Bernard (alias Lou B Simone) dans toute sa splendeur. Phrases hachées, péremptoires, brusques. Férocité d’un monde en noir et blanc et tristesse d’un devenir raté. Une histoire belle et tragique.

Ma première plume, Chris Red : Une nouvelle plutôt jeunesse, plaisante sans aucun doute, qui appelle à la sagesse et à la simplicité de la vie. Une histoire qui pourrait avoir une suite, pourquoi pas.

Plume, Flore Avelin : la rencontre amoureuse avec une femme fascinante, la nouvelle la plus « hot » de ce recueil, si je puis dire. Inspirant et sensuel.

Vortex, Hilda Alonso : Hilda est une auteur formidable, il me semble l’avoir déjà dit. Vortex est à la mesure de son immense talent. Nouvelle courte qui dévoile les coulisses des cabarets et le métier de plumassière, elle clôt le recueil en apothéose.

Laisser un commentaire